Livraison OFFERTE en France à partir de $50.00 d'achat

À quel âge identifie-t-on l’autisme ? - Partie 1

- Julie BOUCHONVILLE

À quel âge identifie-t-on l’autisme ? - Partie 1

Cette semaine, penchons-nous sur une question au demeurant assez fermée : à quel âge, et plus précisément à partir de quel âge, peut-on identifier l’autisme chez un tiers ?

Nous ferons, naturellement, de notre mieux pour l’ouvrir, toutes les questions intéressantes ayant pour réponse « ça dépend ».

 

Tous les autistes ne se ressemblent pas

Derrière l’idée de l’identification de l’autisme chez un tiers, il y a la notion de « l’air autiste ». Un professionnel auprès duquel on chercherait le diagnostic ou, même, une connaissance autiste à qui on demanderait son opinion[1], vont se baser sur des comportements précis, quantifiables dans une certaine mesure, et une analyse des ressentis de la personne concernée[2]. Mais lorsqu’on parle de soupçons de l’entourage, au moins dans les premiers temps, on en revient à la notion d’air, d’impression, de vibe.

Loin de moi l’idée de critiquer ces premiers moments un peu imprécis : l’instinct joue un rôle indéniable, qu’il s’agisse d’identifier une qualité qui nous paraît anormale, ou au contraire, dans le cas d’un parent autiste, qui nous rappelle notre propre approche du monde.

Toujours est-il que tous les autistes ne se ressemblent pas, et que chez le très petit enfant, il est difficile de mesurer des comportements précis puisque les nourrissons ne font pas, s’il nous faut être honnêtes, grand-chose. De plus, si certains comportements peuvent attirer l’attention, ils sont souvent subtils dans les premiers temps, ce qui donne énormément de poids à des facteurs très secondaires. Par exemple, un parent ayant déjà plusieurs enfants pourrait plus aisément remarquer une différence de comportement, si infime soit-elle, alors qu’un nouveau parent manquant de points de référence ne verrait rien avant plusieurs mois. À l’inverse, un parent ayant déjà plusieurs enfants pourrait relativiser les « anomalies » de comportement en partant du principe que tous les enfants sont différents, alors qu’un parent peu expérimenté et donc en stress constant appellerait le pédiatre au moindre soupçon de bizarrerie.

 

Enfin, même quand on parle de signes d’autisme identifiables assez tôt, il nous faut garder à l’esprit que l’autisme est un spectre, et que si autant d’individus se font diagnostiquer à l’âge adulte, c’est bien parce qu’enfant, personne n’a rien vu passer.

 

Les premiers signes de l’autisme

Toutes ces précautions oratoires étant prises, à partir de quel âge est-il raisonnable de se dire que l’on peut identifier des symptômes de l’autisme ? En gros, avant deux ans, et certains comportements peuvent déjà mettre la puce à l’oreille dès les premiers mois.

Attention ! Tous les enfants se développent à leur rythme, et dans l’écrasante majorité des cas, si un enfant n’atteint pas un marqueur de développement au même âge que la plupart de ses pairs, il l’atteindra simplement un peu plus tard. Ceci est vrai pour les neurotypiques comme pour les autistes : beaucoup des adultes autistes qui sont capables de marcher, de parler avec leur bouche et de se servir de couverts ont appris à le faire sur le tard. Ils ont néanmoins appris. Cela signifie aussi qu’un bébé qui traîne à observer ce qu’on lui montre du doigt n’est pas automatiquement autiste : en toute probabilité, il lui faut juste un peu plus de temps pour acquérir cette aptitude précise.

 

Les premiers signes :

– Dès les premiers jours : pas ou peu de suivi des objets en mouvements[3]

– Autour du premier mois : pas ou peu de contacts visuels

– Autour du deuxième mois : pas ou peu de sourires dans les situations sociales

– Autour du troisième mois : pas ou peu de mouvements pour localiser la source des bruits ou des voix

– Autour du quatrième mois : pas ou peu d’intérêt pour les jeux interactifs comme « coucou-caché »

– Autour du sixième mois : pas ou peu d’anticipation posturale du comportement des adultes, comme lever les bras en voyant l’adulte amorcer les gestes pour le porter, effectuer certains mouvements pour aider l’adulte à l’habiller, etc.

– Autour du huitième mois : pas ou peu de réactions en entendant son nom

– Autour du dixième mois : pas ou peu de comportements de pointages pour indiquer des désirs

 

Plus tard, lorsque la marche apparaît, un signe courant est la tendance à marcher de préférence sur les pointes de pieds[4]. Quelques grands classiques qui feront leur arrivée assez tôt incluent aussi la tendance à aligner ses jouets, des interactions sociales limitées au cours des jeux, et bien sûr, une acquisition du langage parlé inhabituelle[5].

 

La semaine prochaine, nous aborderons la question qui est sur toutes les lèvres : que faire quand on estime que son enfant est probablement autiste ?

 

[1]Sur base de la blague récurrente que s’il faut à un psychiatre trois sessions et dix questionnaires pour établir un diagnostic, il faut à un autiste environ cinq minutes pour repérer l’un de ses semblables.

[2]« Est-ce que, des fois, il y a tellement de gens qui se déplacent autour de toi que tu deviens sourd ? »

[3]Attention, on notera que la vue des bébés est assez floue au-delà de cinquante centimètres, il est donc normal qu’ils ne puissent pas fixer ou suivre des yeux un objet ou un visage qui se trouverait au-delà de cette distance. Il faut attendre les six mois environ pour que la vision stéréoscopique et la netteté s’améliorent, et un an pour que la vue soit considérée comme normale.

[4]Attention, ceci peut aussi indiquer certaines pathologies tendineuses, surtout si la posture est asymétrique.

[5]Cela peut être un fort délai dans l’acquisition, mais aussi, parfois, une grande précocité.


0 commentaire
Laisser un commentaire
SERVICE CLIENT

Besoin d'aide ? Notre équipe est à votre service 7j/7 pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENT EN 3X DÈS 100€

Échelonnez vos achats sur 3 mois sans frais supplémentaires !

PAIEMENTS SÉCURISÉS

Nous utilisons le cryptage SSL pour des paiements en toute sécurité avec Stripe & Paypal.

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Quelque chose ne va pas ? Vous avez 14 jours pour changer d'avis