Livraison OFFERTE en France à partir de 50€ d'achat

L’hyperverbalisation : un besoin

- MARIADNE GUINARD

L’hyperverbalisation : un besoin

Les personnes autistes qui ont la capacité de parler avec aisance peuvent investir le langage avec une grande intensité, et il est fréquent qu'elles puissent parler longuement avec passion. Il semblerait parfois que ces personnes soient capables de parler comme un livre. Au-delà d'un cliché ou d'une vision limitative de ce que nous pouvons nommer l'hyperverbalisation, il est intéressant de se demander quelle place le langage occupe pour les personnes autistes et de quelle façon la parole peut avoir une fonction vitale !

La fonction du langage chez l’autiste verbal

Bien plus qu'un besoin de socialiser, la personne autiste a besoin d'élaborer sa pensée ou ses ressentis en les verbalisant.

Très souvent, les personnes autistes ont été rejetées ou ont vécu des traumatismes, et le fait de beaucoup parler va les aider à se sentir entendues. Verbaliser est un excellent moyen de surmonter des épreuves et des moments difficiles. Les personnes autistes investissent beaucoup le langage et ont de bonnes facultés pour rationaliser, ce qui peut être un grand atout pour surmonter des difficultés et compenser le fait de vivre des stimulations sensorielles envahissantes ou des moments sociaux compliqués. Le fait d'expliquer les choses dans le détail et toutes les intrications qui mènent à un événement ou à une situation possède un pouvoir rassurant et permet de donner du sens à ce qui a été vécu.

Certains autistes ne seront pas forcément concernés par le fait de trop parler ou d'avoir besoin de parler et de s'exprimer. Certains préféreront rester silencieux, écouter ou s'isoler, et n'auront pas nécessairement besoin de partager leur sujet de prédilection. Mais lorsque les personnes autistes sont hyperverbales, cela n'est pas une simple logorrhée dépourvue de sens ; cette faculté de parler et de s'exprimer avec des détails possède bien une fonction et même un sens très spécifique.

L'hyperverbalisation ou l'art d'être explicite

L'autiste est, comme les autres êtres humains, un être social qui a besoin de la compagnie des autres, mais sur des modes et des registres différents, et avec une qualité d'échange différente. Les personnes autistes peuvent avoir l'impression que de nombreuses personnes ne sont pas suffisamment claires et explicites quand elles parlent, et apprécient qu'on leur donne des informations et des explications pour bien comprendre les choses. Ainsi, quelqu'un d'autiste va aimer donner des informations aux autres et tout bien expliciter afin de limiter les incompréhensions et les quiproquos qui ont lieu à cause de l'ambiguïté du langage. La personne autiste peut avoir tendance à toujours expliquer ses comportements et les raisons précises pour lesquelles elle effectue quelque chose. Elle peut donner l'impression de se justifier, mais elle ne fait que donner une information aux autres personnes pour les rassurer et expliquer son fonctionnement, son cheminement et le sens qu'elle donne à quelque chose. Bien qu'elle puisse beaucoup parler, elle ne le fait pas pour ne rien dire, et c'est même tout un art de donner du sens et de ne laisser planer aucun sous-entendu ou ambiguïté dans la communication avec l'autre. Cela peut engendrer de nombreuses maladresses sociales ou finir par agacer les interlocuteurs, mais c'est pour la personne autiste une façon de véritablement prendre en compte les autres.

Quelques exemples de maladresses sociales liées à l'hyperverbalisation

Plus haut, nous avons parlé du fait que les autistes pouvaient commettre des maladresses sociales en raison de leur hyperverbalisation. La liste n'est pas exhaustive, mais voici quelques exemples :

  • Le fait de parler à un supérieur hiérarchique comme à n'importe qui d'autre.
  • Être poli à l'excès avec tout le monde tout le temps, ce qui peut paradoxalement sembler maladroit.
  • Arriver à contretemps dans une ambiance et faire une blague qui met tout le monde mal à l'aise.
  • Poser des questions quand il ne faut pas en poser. Demander à quelqu'un des explications sur sa maladie, là où socialement cela « ne se fait pas ».
  • Parler de sujets tabous : sexe, politique, mort, etc.
  • Dire sincèrement ne pas avoir envie de faire quelque chose ou de voir quelqu'un.
  • Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas et insister pour avoir la confirmation.
  • En résumé, ne pas savoir attendre le bon contexte pour dire ce qu'elle pense.

Une tendance qui peut sembler envahissante

Les personnes autistes qui sont très verbales ont tendance à beaucoup parler, à s'exprimer sans s'arrêter, sans laisser la place à l'interlocuteur. Elles ont souvent des choses très intéressantes à dire, mais cela peut lasser et agacer la personne en face, qui risque de juger la personne autiste et de ne plus vouloir la côtoyer. La personne autiste a souvent conscience de parler beaucoup, mais elle aime vraiment partager et donner un contenu détaillé, ce qui n'est pas apprécié par tout le monde. Ainsi, il est important de prendre connaissance des caractéristiques de l'autisme et de savoir quels sont les contextes où il est possible de s'exprimer beaucoup. Un équilibre peut être trouvé pour que la personne autiste puisse expliquer ce dont elle aime parler sans pour autant être envahissante et perdre des amis ou être jugée. La personne autiste peut arriver dans un groupe et raconter en détail ce qui vient de lui arriver, expliquer tous ses ressentis et ne pas faire attention que le groupe était en train de travailler ou de discuter d'un sujet important. Le décalage avec les situations est fréquent ; la personne autiste n'a pas forcément le baromètre de l'ambiance ou bien elle va réaliser la teneur de la situation en décalage.

Dès lors, il faut bien distinguer plusieurs fonctions de l'hyperverbalisation autistique : une fonction informative pour décrire et expliquer les choses aux autres, une fonction d'expression de ses besoins ou de ses ressentis, et une fonction monologue qui consiste à ne pas pouvoir faire autrement que de parler de sa passion parce qu'elle prend une grande place dans sa vie et ses pensées. La personne autiste a besoin d'en parler très souvent. C'est un peu comme si quelqu'un était amoureux ; il va avoir du mal à ne pas parler à tout bout de champ de la personne aimée. Il s'agit d'une fonction semblable d'expression de sa passion.

Les lieux ressources pour pouvoir parler

Il existe des solutions pour pouvoir s'exprimer longuement, être écouté et ne déranger personne. Tout d'abord, les GEM autisme (groupes d'entraide mutuelle) sont des lieux qui accueillent des personnes autistes afin qu'elles puissent se rencontrer. Les GEM se développent depuis seulement quelques années et essentiellement dans les grandes villes. Ainsi, ces lieux peuvent permettre d'échanger avec d'autres personnes ayant un fonctionnement similaire ; c'est agréable et cela permet de pouvoir verbaliser de façon naturelle tout en ayant un effet miroir à la découverte d'autres autistes qui aiment beaucoup s'exprimer et expliquer les choses en détail.

  • Le théâtre est un bon moyen pour rencontrer des personnes, apprendre à bien s'exprimer et avoir la possibilité de verbaliser par l'intermédiaire de l'art.
  • L'enseignement est un métier où l'on a un public qui écoute (normalement) ; cela permet de parler longuement d'un sujet qui nous intéresse, ce qui peut satisfaire ce besoin d'expliquer en détail les choses. Que ce soit en primaire, dans le secondaire ou à l'université, chaque personne autiste peut trouver un créneau pour enseigner aux élèves quelque chose qui l'intéresse.
  • Les rencontres dans des langues étrangères existent au sein de clubs linguistiques qui peuvent être présents dans votre ville. Si vous aimez les langues, pourquoi ne pas aller discuter en langue étrangère ? Les personnes présentes seront ravies de vous écouter et de vous aider à apprendre la langue. En parlant en langue étrangère, chacun est plus tolérant et curieux de l'autre ; cela pourrait être une excellente occasion d'expliquer votre passion pour la magie, les chats, ou les avions, sans pour autant oublier de laisser la place à son interlocuteur.

Quelques alternatives pour satisfaire les besoins d'expression

Malheureusement, la personne autiste peut se trouver dans une situation d'isolement et n'avoir personne à qui parler. Ce sont des moyens d'expression tels que l'écriture ou l'art qui pourront lui permettre de « verbaliser » ses ressentis d'une manière alternative. Les personnes autistes peuvent être très douées pour écrire de la poésie, des romans ou des paroles de chansons ; c'est une grande richesse et cela permet d'évacuer un trop-plein ou de mettre à profit cette grande faculté créative. Savoir que des personnes lisent ce qui a été écrit est un bon moyen de se sentir reconnu et d'occuper une belle place dans la société.

  • Les groupes sur internet : il existe des groupes de discussion et d'échanges sur internet, ce qui permet de discuter avec d'autres personnes autistes, de se faire des amis et de se sentir moins seul. Pour les personnes qui sont à l'aise pour écrire, les échanges peuvent être très nourrissants, et ce sera le lieu pour écrire de longs paragraphes en étant sûr d'être lu par les autres. En général, sur ces groupes, chacun est ravi de pouvoir lire l'autre et de lui répondre lorsqu'il en a les capacités.
  • Les chaînes YouTube et les blogs sont également des solutions nouvelles pour s'exprimer et avoir des auditeurs ou des lecteurs qui choisiront librement de vous écouter ou de vous lire. Ainsi, des personnes autistes publient des vidéos et peuvent recevoir des commentaires, ce qui peut permettre de se sentir moins seul et de créer une communauté de personnes ayant le même centre d'intérêt ou des préoccupations similaires.

Mémo du bien parler en société

Afin d'éviter les impairs et de s'épargner la culpabilité après les interactions, voici quelques idées de petites choses à se rappeler avant de converser avec les autres :

  • Demander à l'autre s'il a envie qu'on lui raconte quelque chose d'un peu long.
  • Après quelques phrases dans une discussion, laisser son tour de parole.
  • Lorsque son tour de parole ne vient pas, essayer de repérer quel serait le bon moment pour placer quelques mots.
  • Repérer le langage et le type d'échange pour essayer de s'adapter au rythme de parole et au style d'échange en cours (par exemple, si les gens sont en train de parler politique, c'est le moment de dire ce qu'on a lu d'intéressant dans le journal. Mais si les personnes parlent de foot, cela ne sert pas à grand-chose d'intervenir si on ne parle pas du match dont ils sont en train de parler avec passion.)
  • Attendre les moments privilégiés avec un proche ou en petit comité pour se confier, c'est beaucoup mieux pour soi et pour les autres. Si personne ne réagit, autant cesser de se confier et passer à autre chose.
  • Souvent, lorsque les gens sont silencieux, c'est parce qu'ils sont gênés ou s'ennuient. Il est possible de demander gentiment comment ils vont, et de leur poser des questions sur ce qu'ils feront le lendemain ou pendant les vacances ; les gens adorent parler d'eux et de sujets qui n'impliquent pas de dépasser un certain cadre conversationnel.
  • Si quelqu'un semble vous suivre et aimer les parenthèses, passer du coq à l'âne ou échanger longuement et avec détails sur un sujet, alors profitez-en pleinement ; c'est vraiment la bonne personne avec qui parler de tous les sujets que vous aimez !
  • Sentez le moment où vous ne parvenez plus à formuler clairement vos idées et quittez aussitôt que possible la conversation.

Pour conclure

Avant de juger ou de trouver pénible une personne autiste qui parle beaucoup, essayez de l'écouter, de la comprendre et de vous dire qu'elle a un autre mode de communication. Avec un peu de chance, vous apprendrez des choses et vous pourrez même également expliquer votre façon de faire ou de voir le monde ; vous serez sans doute surpris de constater sa grande qualité d'écoute. Alors, bien sûr, si ce que vous dites l'intéresse, elle aura encore bien des choses à vous répondre, mais c'est sa façon de communiquer. En revanche, une personne autiste qui ne sait plus quoi dire et qui se sent prise au dépourvu ne sait pas manier les phrases creuses et peut formuler un bon mélange de phrases abstraites puis s'enfuir aussitôt que possible ; c'est sa façon de faire lorsque la communication n'est plus possible.


0 commentaire
Laisser un commentaire
SERVICE CLIENT

Besoin d'aide ? Notre équipe est à votre service 7j/7 pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENT EN 3X DÈS 100€

Échelonnez vos achats sur 3 mois sans frais supplémentaires !

PAIEMENTS SÉCURISÉS

Nous utilisons le cryptage SSL pour des paiements en toute sécurité avec Stripe & Paypal.

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Quelque chose ne va pas ? Vous avez 14 jours pour changer d'avis